La Wallonie finance 10 expériences pilotes pour des "territoires zéro sans-abrisme"

Sur proposition des ministres wallons Christie Morreale (action sociale) et Christophe Collignon (pouvoirs locaux), le Gouvernement wallon affecte 34 millions d’euros à 10 expériences pilotes de lutte contre le sans-abrisme.

La lutte contre la grande pauvreté est une des priorités du Gouvernement wallon. Dans ce cadre, les autorités publiques développent et renforcent différents dispositifs tels que le housing first, les relais sociaux ou encore les accueils de jour et de nuit. 

À cet égard, pour aider les personnes à se reconstruire et soutenir les villes face au phénomène grandissant du sans-abrisme, le gouvernement a lancé en juillet dernier un appel à projets d’un montant de près de 34 millions d’euros et dont la sélection des structures va dès aujourd’hui permettre de créer des « territoires zéro sans-abrisme » sur l’ensemble du territoire wallon.

L’appel à projets s’est clôturé le 15 septembre dernier. Le Gouvernement wallon en a sélectionné 10 en raison de leur qualité, des besoins observés sur le terrain et des moyens budgétaires: 

  • Relais Social Urbain de Mons-Borinage: 4.443.222,31 € 
  • CPAS de Namur / Relais Social Urbain Namurois: 3.924.341,85 € 
  • Relais Social Urbain de Tournai: 3.627.811,71 € 
  • Ville de Huy: 4.237.855,00 € 
  • Relais Social du Pays de Charleroi: 4.002.197,20 € 
  • Relais Social du Pays de Liège (comprenant les plans d’actions de Liège et Seraing): 7.068.420,44 €
  • Relais Social Intercommunal du Brabant Wallon: 2.133.219,31 €
  • Relais Social Intercommunal de la province de Luxembourg: 2.697.877,00 € 
  • Relais Social Urbain de La Louvière: 756.555,18 € 
  • Relais Social de Verviers: 1.258.500,00 €

Ces montants doivent permettre d’acquérir ou de construire des biens immobiliers, des terrains ou des dispositifs de logements modulables pour les personnes sans-abri. Il peut s’agir, par exemple, d’hôtels sociaux, de tiny houses, d'habitations protégées, de logements collectifs…

Les personnes seront également accompagnées pour entamer une progressive réinsertion. 

Les moyens mis à la disposition peuvent aussi permettre de créer des logements collectifs innovants destinés à aider les personnes rencontrant des problématiques de toxicomanie, d’assuétudes ou encore de santé mentale. 

"Chaque projet va apporter au public cible une amélioration qualitative de sa situation, notamment en matière de logement, ainsi que des perspectives positives autour de son projet de vie et d’insertion. Est aussi prévu un encadrement lié aux situations d’assuétudes et aux problèmes de santé mentale ou à toute autre difficulté touchant ce public très fragilisé. Nous osons ici le pari de soutenir aussi des structures innovantes qui permettront d’accompagner les personnes fragilisées par des problèmes de toxicomanie, d’alcoolisme ou de santé mentale", soulignent les ministres Christophe Collignon et Christie Morreale.

Retour aux communiqués de presse