Le télétravail s’implante durablement dans la fonction publique locale

La situation sanitaire évolue favorablement et la campagne de vaccination produit ses effets grâce à la mobilisation des équipes des centres de vaccination, des travailleurs de l’ombre et de la population wallonne.

Suite au dernier comité de concertation, il a été décidé de ne plus rendre le télétravail obligatoire dès ce 1er juillet, bien que celui-ci reste recommandé.

 

Pour le ministre wallon des pouvoirs locaux, Christophe Collignon, il convient de rester prudent dans l’assouplissement des règles visant à limiter la propagation du coronavirus Covid-19. 

 

C’est pourquoi, à sa demande, une circulaire est envoyée à l’ensemble des pouvoirs locaux, afin de maintenir le télétravail pour tous les membres du personnel dont la fonction s’y prête. Les prestations en présentiel sont néanmoins possibles dès lors qu’elles sont utiles pour assurer la continuité du service.

 

Pour la suite, à partir du 1er septembre 2021, le ministre recommande au moins un jour de travail en présentiel par semaine sauf pour les personnes à risque. Ce nombre peut être augmenté en fonction des nécessités de service, dans le respect strict des recommandations fédérales.

 

Dans le cadre de prestations en présentiel, il est demandé de veiller à prendre les mesures de prévention appropriées afin d’offrir un niveau de protection maximal, en particulier le maintien d’une distance de 1,5 mètre entre les personnes et le port du masque.

 

Au niveau des horaires, des mesures peuvent être prises pour permettre aux travailleurs qui doivent se rendre sur leur lieu de travail, d’adapter leurs horaires et, ainsi, de limiter au mieux le risque de contamination dans les transports en commun, le but étant d’éviter les déplacements aux heures de pointe.

 

Les services qui impliquent un contact direct avec les usagers doivent continuer à fonctionner sur rendez-vous, dans le respect des normes de distanciation physique et, le cas échéant, moyennant les aménagements bureautiques nécessaires.

  

Au-delà de ces mesures spécifiques, le ministre des pouvoirs locaux encourage le télétravail de manière structurelle au sein de leur organisation. En effet, après avoir organisé le télétravail suite à la crise sanitaire, tant l’autorité que les membres du personnel ont pu évaluer les avantages et les inconvénients de cette nouvelle forme d’organisation du travail. 

 

Le 7 avril dernier, le ministre a adressé une circulaire aux pouvoirs locaux qui vise à accompagner les autorités locales et provinciales qui, compte tenu de cette expérience, souhaitent implémenter le télétravail de manière structurelle au sein de leur administration. 

 

Pour cela, il est essentiel de se doter des meilleurs outils pour s’adapter et se moderniser. Des infrastructures solides et stables contribuent à la fois à un meilleur service public mais aussi à la relance économique au niveau local. Avec le plan de relance de la Wallonie, une feuille de route au bénéfice des pouvoirs locaux en termes de digitalisation et d’informatisation a été fixée. 

 

« Ces recommandations et moyens doivent permettre au personnel communal de télétravailler de manière régulière ou occasionnelle, commente le ministre Christophe Collignon. Pour soutenir cette démarche, j’ai dégagé des budgets conséquents dont une première enveloppe de 10 millions d’euros au bénéfice des communes des CPAS, du service aux citoyens, afin d’améliorer leur infrastructure informatique et développer des solutions numériques. Un complément de 20 millions d’euros devrait compléter ces moyens. Ces investissements doivent permettre aux pouvoirs locaux de réaliser leur transition numérique et d’accroître leur capacité à répondre à des situations d’urgence de de crise. Il faut agir sur l’infrastructure et les logiciels, la connectivité, la formation, l’innovation et l’interopérabilité. »

Retour aux communiqués de presse