L’association Dora dorës, un modèle d’aide à l’intégration

Les ministres wallons Christophe Collignon et Christie Morreale ont rencontré les représentants et apprenants de l’ASBL Dora dorës, une dynamique association d’aide à l’intégration des personnes d’origine étrangère.

« En albanais, dora dorës signifie main à main, dans le sens de se serrer la main, face à face, d’égal à égal. Nous avons choisi ce nom car nous pensons que l’intégration consiste à créer des liens entre les personnes, à partager un chemin ensemble. L’intégration fonctionne dans les deux sens : si la personne en face ne tend pas la main, ça ne sert à rien… »

Hamide Canolli, fondatrice et directrice

Centre de formation, de ressources et de solidarité pour les personnes issues de l’immigration, l’association hutoise Dora dorës est un lieu où l’on enseigne le français en vue de l’intégration des personnes d’origine étrangère.

L’association a été créée en mai 2003 par Hamide Canolli, réfugiée du Kosovo et installée à Huy depuis quatre ans. À l’origine, elle était constituée d’un groupe de femmes migrantes qui se sont rassemblées pour, ensemble, faciliter leur intégration.

Diverses activités se sont rapidement organisées : cours de danses traditionnelles albanaises, séances d’information, ateliers de cuisine, cours d’albanais… Les femmes ont ensuite décidé de participer aux activités locales.

D’un centre communautaire albanais, l’ASBL Dora dorës est devenue une association d’aide aux migrants de toutes origines. Elle accueille désormais quotidiennement des personnes issues de près de trente nationalités. Elle s’est aussi récemment ouverte aux hommes.

Ses actions se déclinent autour de quatre axes : les formations de langue française et de citoyenneté, la mise en place de projets sociaux interculturels, l’aide administrative, le soutien scolaire pour les enfants de 6 à 18 ans.

2022, l’année de toutes les reconnaissances

En cette année 2022, Dora dorës a été reconnue par la Région wallonne en qualité d’agence de placement en insertion professionnelle. La Fédération Wallonie-Bruxelles et l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) ont agréé son école des devoirs. En tant qu’initiative locale  d’intégration, l’association percevra une subvention régionale de 129 610 euros.

Au cours de ces quatre derniers mois, Dora dorës a déjà enregistré 107 inscriptions pour ses formations : 79 femmes et 28 hommes de 26 nationalités différentes.

Après avoir aidé des ressortissants syriens en 2015, l’association hutoise accueille actuellement des personnes ayant fui la guerre en Ukraine : 16 adultes suivent les cours de français, 5 enfants fréquentent l’école des devoirs et une vingtaine d’autres Ukrainiens se trouvent sur la liste d’attente des formations.

L’association Dora dorës travaille en partenariat avec treize Centres publics d’action sociale (CPAS) et de nombreuses administrations communales de l’arrondissement de Huy-Waremme. L’Institut provincial d’enseignement de promotion sociale de Huy (IPEPS) détache une professeure de français. Des synergies ont également été mise en œuvre avec le plan de cohésion sociale (PCS) de Huy, la Croix-Rouge, la Mission régionale de Huy-Waremme ou encore diverses association liégeoise.

Le site de l'association Dora Dorës

Retour aux actualités